La Sexologie

Par le Dr Jean-Paul Vove, Sexologue et Hypnothérapeute à Bordeaux 


La sexologie, c’est un tiers d’information, un tiers de conseils et un petit tiers de traitement.
 

Les troubles de la sexualité chez la femme

Il faut bien séparer dès le début les troubles en rapport avec une maladie ou un épisode de la vie (comme la ménopause), qu’il faut diagnostiquer et traiter ;
et les problèmes purement psychologiques, les plus fréquents qui peuvent se résoudre le plus souvent par une psychothérapie individuelle ou conjugale.
Les problèmes les plus fréquents :  troubles du désir, troubles de l’excitation, orgasme absent ou insatisfaisant, absence ou insuffisance de lubrification, rapports douloureux...
 

Les troubles de la sexualité chez l’homme

Ce sont essentiellement les troubles de l’érection et de l’éjaculation :
Soit trop rapide, l’éjaculation prématurée : on dispose d’un traitement vraiment efficace pour ce trouble.
Soit retardée ou absente : ça se traite
 

Les conjugopathies

En clair ce sont les troubles sexuels qui sont consécutifs à des conflits au sein du couple. La thérapie conjugale est efficace si le couple n’est pas déjà mort et que les deux conjoints sont de bonne volonté et ont le désir d'améliorer la situation.
Vous trouverez ci-dessous des éléments concernant les principes de communication dans le couple et à la fin un questionnaire que vous pouvez remplir avant de prendre rendez-vous.
 
Principes de la communication et questionnaire d'auto-évaluation.
 
Voici quelques comportements verbaux qui sont considérés comme nécessaires quand on veut établir une bonne communication avec une autre personne.
 
Je m'exprime. Je dis clairement, précisément et brièvement ce que je pense et ressens.
 
Une bonne communication entre deux personnes est claire et précise. Celui ou celle qui parle tente de clarifier le mieux possible ce qu'il ou elle veut dire. Il ou elle ne s'imagine pas que l'autre sait ce qui se passe dans sa tête. Il ou elle le lui dit de sorte que l'autre n'a pas à deviner. De plus, il ou elle s'exprime brièvement et ne s'étend pas indéfiniment sur des détails inutiles.
 
J'exprime mes sentiments positifs.
 
Les couples insatisfaits expriment beaucoup plus souvent leurs sentiments négatifs (colère, tristesse, peur, mépris,) que leurs sentiments positifs (affection, intérêt, appréciation, joie). Ces couples ne voient pas l'importance d'exprimer leurs sentiments positifs. Ils sont gênés ou mal à l'aise de les exprimer. Il pense que l'autre les connaît déjà et qu'il n'est pas nécessaire de répéter. Pourtant montrer ouvertement qu'on apprécie l'autre peut susciter un rapprochement et augmenter l'intimité entre les conjoints.
L'expression verbale est généralement plus claire que l'expression non verbale. L'expression non verbale doit être en accord avec l'expression verbale. Ne pas dire « je t'aime » avec un visage qui exprime la colère.
Tous les couples, même les plus heureux, vivent des moments difficiles et ressentent parfois des émotions négatives. Un des éléments qui entraînent le plus de risque de divorce ou de séparation n'est pas la présence de sentiments négatifs, mais plutôt l'absence de sentiments positifs.
 
J'exprime mes sentiments négatifs d'une façon non accusatrice, mais directe et constructive.
 
Certains pensent qu'exprimer franchement et directement ses sentiments signifie être agressif verbalement et accuser l'autre de ce qui nous dérange. En fait, c'est tout le contraire, car on n'exprime pas ses sentiments mais plutôt une accusation. Cela  provoque un conflit au lieu d'une explication claire franche entre les deux personnes.
En général, les phrases qui expriment le plus directement les sentiments sont celles qui commencent par « je » ou par « cela me » au lieu de commencer par « tu ». L’expression de sentiments négatifs d'une façon accusatrice peut facilement provoquer des querelles. Il faut donc privilégier l'expression de ses sentiments plutôt que l'accusation. Nous employons la forme accusatrice parce que nous ne sommes pas vraiment sûr(e)s d'avoir raison et parce que nous nous sentons obligé(e)s de justifier nos sentiments pour qu'ils soient acceptés.
 
J'exprime mes demandes de façon constructive.
 
Pour favoriser une bonne communication il convient de transformer les sentiments négatifs en suggestions positives pour faciliter la résolution des problèmes. Celui qui ressent des sentiments négatifs peut exprimer son malaise par rapport au comportement de son conjoint de façon non accusatrice et même suggérer une alternative.
 
Je demeure dans le sujet (je ne change pas de sujet).
 
Les problèmes et les besoins de chacun peuvent s'accumuler, être interconnectés, de telle sorte que le couple qui discute un problème se trouve incapable de rester dans le sujet et passe continuellement d’un problème à l'autre. Pour chaque problème, il est toujours possible d'en trouver un nouveau plus pressant. Ainsi aucun problème n'est réglé.
Il est plus utile de parler de ce que l'on pense, de ce que l'on ressent par rapport au problème actuel plutôt que de ressasser continuellement ce que l'on n'a pas aimé dans le passé. Cela explique l'incapacité d'un couple à résoudre le problème présent.
 
Je respecte l'autre.
 
Lorsque quelqu'un nous fait mal ou que nous pensons qu'il ou elle va nous faire mal, nous avons tendance à essayer, à notre tour, de lui faire mal pour l'empêcher de parler. Plus nous sommes blessés, plus nous pensons que nous allons l’être, plus il est difficile d'éviter de blesser l'autre. C'est précisément lorsque nous sommes, ou nous nous sentons insultés qu'il est important de garder son calme, d'éviter d'offenser l'autre pour ne pas envenimer la mésentente et entraîner une escalade du conflit.
En résumé : pas d'insultes, pas de compliments déguisés, pas de sarcasmes, pas de remarques désobligeantes sur le passé ou le présent.
 
J'écoute. Je laisse parler l'autre.
 
Quand on est certain d'avoir raison et qu’on pense que c'est une perte de temps d'écouter l'autre, qu'on ne lui laisse pas le temps de parler ou terminer ses phrases, on bloque immanquablement la communication sans même s'en apercevoir.
 
J'écoute l'autre de façon active.
 
Écouter l'autre et de façon active, signifie écouter de telle façon que l'autre voie qu'on s'intéresse à la conversation et qu'on l'encourage à continuer à parler. On garde contact avec les yeux pendant la discussion. On évite les expressions faciales désobligeantes (sourires exagérés, froncements de sourcils inappropriés). On adopte une attitude corporelle ouverte : mouvement de tête d'approbation, épaules orientées vers le partenaire, bras et jambes décroisés, mouvements de mains détendus, position stable.
 
Je vérifie si j'ai bien compris ce que l'autre a dit.
 
Pour favoriser une bonne communication il faut s'assurer d'avoir bien compris le message de l'autre et ne pas se contenter de deviner ce qui se passe dans la tête de l'autre. Cela vient rarement naturellement il faut faire un effort particulier pour vérifier.
 
Je vérifie si l'autre a bien compris ce que j'ai dit.
 
Lorsque nous connaissons une personne nous sommes tentés de deviner ce qu'il ou elle pense ou ressent sans le lui demander. Cela peut nuire à la bonne communication. On peut éviter cette méprise en demandant directement à l'autre ce qu'il ou elle pense ou ressent. Il est important d'encourager l'autre à être plus précis dans l'expression de ses sentiments et de bien rattacher ses sentiments à des situations ou à des faits précis.
 
Je tiens compte de l'autre. Je vérifie les besoins de l'autre et je les respecte.
 
Il est difficile de communiquer si nous ne tenons pas compte des besoins de l'autre. Cela signifie reconnaître que les besoins de l'autre existent et que l'autre a le droit d'avoir de tels besoins, sans que l'on s'engage obligatoirement à les satisfaire. C'est particulièrement important quand l'autre semble incapable de tenir compte de nos propres besoins.
 
Je remarque le côté positif de ses comportements, de ses idées et de ses sentiments.
 
Encore faut-il savoir exprimer directement autant ce que l'on aime que ce que l'on n'aime pas. Quand on est d'accord avec l'autre, on le dit honnêtement. Cela rend la résolution des problèmes plus rapide et plus facile.
Quand je ne suis pas d'accord avec l'autre, je reconnais quand même que son point de vue peut avoir du sens, et qu'il ou elle n’agit pas par mauvaise volonté ou simplement pour nous ennuyer.
 
Après avoir lu ces recommandations, vous pouvez remplir le questionnaire d'auto évaluation de la communication dans le couple. L'analyse des réponses donne des indications sur les pistes à emprunter et à suivre pour trouver une solution aux difficultés conjugales exprimées.
 
Questionnaire d'auto évaluation de la communication dans le couple.
 
Évaluez votre propre comportement en encerclant le chiffre qui correspond le mieux à ce que vous faites, selon vous, particulièrement dans les situations de désaccord ou de conflit avec votre conjoint ou conjointe.
 
Le point 1 correspond à « jamais »
Le point 9 correspond à « très souvent »
et les autres points se situent entre « jamais » et « très souvent ».
 
Pour mieux comprendre ces différents items, n'hésitez pas à consulter le texte sur les « Principes de la communication » ci-dessus.
 
 
1.1 Je dis clairement, précisément et brièvement ce que je pense et ressens.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
1.2 J'exprime mes sentiments positifs.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
1.3 J'exprime mes sentiments négatifs de façon non accusatrice, mais directe et constructive.
 
1 2 3 4 5 6 7 8
 
1.4 J'exprime mes demandes de façon constructive.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
1.5 Je demeure dans le sujet (je ne sors pas du sujet).
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
1.6 Je respecte l'autre : pas d'insultes, pas de compliments déguisés, ni sarcasmes, les remarques désobligeantes sur le passé ou le présent.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
2.1 Je laisse l'autre parler.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
2.2 J'écoute l'autre d'une façon active.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
3.1 Je vérifie si j'ai bien compris ce que l'autre a dit.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
3.2 Je vérifie si l'autre a bien compris ce que j'ai dit. 
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
3.3 Je vérifie si l'autre pense ou ressent ce que je crois qu'il (ou elle) pense ou ressent.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
4.1 Je vérifie les besoins de l'autre et je les respecte.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
4.2 Je remarque le côté positif de ses comportements, de ses idées et de ses sentiments.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
4.3 Quand je suis d'accord avec l'autre, je le dis honnêtement.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
4.4 Quand je ne suis pas d'accord avec l'autre, je reconnais quand même que son point de vue peut avoir du sens pour lui ou pour elle.
 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
 
…oooOOooo…

 

 

Lire aussi